Concept, mise en scène et scénographie

2016_06_24_Louise_Douet_Sinenberg-19.jpg

Spectacle monté en juin 2016 en collaboration avec Donald Choque et Yoann Le Goff.

Collectif Bras Cassés

Représentations à l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris et à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris dans le cadre du festival Ouverture de saison.

2016_06_24_Louise_Douet_Sinenberg-2.jpg

En 1973, dans un texte intitulé Bras cassé, Henri Michaux évoque l’importance d’entretenir la présence d’un « côté gauche ». Est appelé gauche tout ce qui n’est pas maîtrisé, éduqué, normé. Pour mieux se connaître et demeurer sensible au réel, il est essentiel de cultiver une asymétrie entre son être gauche et le droit. « Dans le ménage gauche/droite qu’est tout homme, ses inclinations comptent. Le contraire serait impensable. Il faut lui rester fidèle. Balancier qui redonne sa valeur à l’in-situé face au situé, à l’indéterminé face au déterminé, et contribue à ce double fond, à sa double aspiration qui va avec les larges compréhensions, avec les réalités antinomiques. » Nous percevons aujourd’hui l’écho de ces mots dans notre contexte contemporain. Une société régie par la culture de l’efficacité, du rendement, des habilités. Quel endroit pour expérimenter les déséquilibres, explorer les désorientations, reconsidérer le gauche et exploiter cette asymétrie qui doit nous caractériser ? Nous avons développé un principe de spectacle participatif et autonome, entièrement activé par les spectateurs. Au travers de quatre actes, les participants sont invités à suivre un protocole pour faire le spectacle. Ils en sont à la fois public et performeurs. Centré sur le corps, l’espace et le langage, le dispositif est un endroit permettant de cultiver maladresses, accidents et déséquilibre. Chaque représentation de ce projet constitue une étape supplémentaire dans la recherche que nous avons engagée. Nous voulons mettre en place un terrain fertile à ce qui peut arriver. Ce projet ne produit rien de tangible, il n’est pas filmé, ce qui s’y passe est de nature à être observé uniquement par ceux qui ont la possibilité d’y intervenir. Les acteurs sont sans formation, sans préméditation, sans maîtrise. Il s’agit de saisir l’instant.


2016_06_24_Louise_Douet_Sinenberg-3.jpg


2016_06_24_Louise_Douet_Sinenberg-4.jpg


2016_06_24_Louise_Douet_Sinenberg-8.jpg


2016_06_24_Louise_Douet_Sinenberg-1.jpg


2016_06_24_Louise_Douet_Sinenberg-12.jpg


2016_06_24_Louise_Douet_Sinenberg-14.jpg


2016_06_24_Louise_Douet_Sinenberg-17.jpg


2016_06_24_Louise_Douet_Sinenberg-20.jpg


2016_06_24_Louise_Douet_Sinenberg-22.jpg


2016_06_24_Louise_Douet_Sinenberg-21.jpg


12871469_604383736395251_8257477958166392569_n.jpg


13428416_607534829413475_3147573685019973978_n.jpg


13528872_10208064875194526_4100970849544765573_n.jpg


13438888_10208064874474508_3408305624604409791_n.jpg


(Crédit photos : Pernelle Popelin, Yoann Le Goff)